L'usine de Levallois-Perret

Édifiée en 1898 pour l’industriel Gustave Adolphe Clément, dit Clément-Bayard (1855-1928), l’usine de Levallois-Perret compte parmi les toutes premières usines de construction automobile du monde conçues et bâties en tant que telle.

Donnant sur le quai Michelet qui longe la Seine, un grand bâtiment de bureaux est flanqué d’une salle des machines et une salle des générateurs.

Derrière, un grand atelier de plain pied (10 000 m2) est entouré d’une voie intérieure servant de piste d’essai. Produisant d’abord vélocipèdes et motocycles, ensuite des tricycles et quadricycles à pétrole, l’usine commence à sortir des voitures automobiles en 1900. Venant à couvrir un quadrilatère de 23 000m2, les ateliers emploient 1 200 ouvriers vers 1905.

Suivant les passions de Clément-Bayard, l’usine participe également à la construction de petits avions (La Demoiselle créée par Santos-Dumont) et de dirigeables.

En 1922, Clément cède l’ensemble au nouveau venu dans l’industrie automobile, André Citroën, déjà à l’étroit dans sa première usine de Javel.

Avec Issy-les-Moulineaux, Saint-Ouen et Clichy, Levallois fait partie d’un chapelet d’usines en banlieue ouest approvisionnant les chaînes de Javel en pièces brutes ou semi-manufacturées.

À partir de 1948, l’usine Citroën de Levallois devient usine terminale consacrée au montage des 2CV.

Cette production prend fin en février 1988 et l’usine est démolie aussitôt, son emplacement occupé de nos jours par des immeubles de logement.