La Citroen XM

La Citroën XM a été présentée le 23 mai 1989, après 55 mois d'élaboration sous l'appellation V80 qui évoluera en Y30.

Elle succède à la Citroën CX apres ses 15 ans de bons et loyaux services. Elle a été élue voiture de l'année 1990.

Pour le style, Bertone et le centre Citroen de Vélizy sont mis en concurrence ainsi que le centre de Carrières-sous-Poissy .Il a proposé, tout comme les deux autres centres, un dessin stylisé qui n'a pas été retenue et seuls le centre de Vélizy et le studio stile Bertone ont été invités à produire une maquette à l’échelle 1:1

Ce sera le projet Bertone, porté par Marc Deschamp, qui sera retenu, le projet du centre de Style Citroen sera jugé trop proche de la Cx mais la finalisation sera confié au centre de Vélizy.

Le style extérieur a d'ailleurs été déssiné par Marc Deschamp sur un calepin lors d'un vol entre Vélizy et Turin

La XM est une voiture à l'esthétique radicale, très aérodynamique (Cx de 0,28) et aux choix technologiques avancés : elle conserve la suspension oléo-pneumatique de la CX, à laquelle elle ajoute, dans sa version « Hydractive », deux sphères, une par essieu, pour proposer deux modes d'amortissement : "souple" et "ferme". 

La gestion se fait automatiquement ou manuellement via une commande située à côté du levier de commande des vitesses.

Véhicule de prestige, elle offre pour la première fois ( sur certains modèles) une double vitre arrière,(appelée 13eme vitre), permettant de préserver les passagers du vent même avec le hayon ouvert. 

En 1991, au Salon automobile de Francfort, Citroën présente la XM break ( concu et fabriqué par Heuliez), qui était à l'époque l'un des plus gros breaks du marché européen.

 La suspension hydraulique lui permet, comme à tous les breaks Citroën précédents, de garder une assiette constante quelle que soit sa charge, lui donnant une supériorité évidente sur toutes ses concurrentes.

Le rachat de Citroën par Peugeot a entraîné le remplacement des blocs Citroën de conception ancienne de la CX par des blocs moteurs Peugeot, XU en essence, XUD en diesel (avec pour la première fois en série un Diesel multi-soupapes, le 2.1l 12 soupapes, 82 ch en atmosphérique et 110 ch en turbocompressée).

Ce bloc n'était toutefois pas capable de rivaliser avec le 2.5l turbo D de la CX. 

Contrairement à la CX, mais comme la célèbre Citroën SM, la XM a été proposée avec un V6.

Ce V6 PRV, issu de la collaboration entre Peugeot, Renault et Volvo, a ensuite été dérivé dans une version à 24 soupapes, offrant une puissance de 200 ch. Mais cette motorisation s'est révélée gourmande.

La XM a disposé également d'un 2.0l à injection de 121 ch, d'un 2.0l turbo basse pression de 145 ch (150 ch depuis 1994)ainsi que du  2.0l carburateur de 115cv entre 90 et 93.

En 1994, elle offre dès l'entrée de gamme un 2.0l essence 16 soupapes de 132 ch, puis un 2.5l turbo diesel de 129 ch, qui égale enfin les performances de la CX, mais pas celles de ses concurrentes, la Mercedes 300D turbo de 147 ch, et la BMW 525 tds de 143 ch, toutes deux en 6 cylindres.

En fin de carrière, elle a été équipée du V6 ES, un 3.0l 24 soupapes de 194 ch.

 Lors de son restylage en juin 1994, elle adopte comme sa petite sœur la Xantia une sphère SC-MAC, qui évite l'affaissement de la suspension à l'arrêt prolongé.Dans un premier temps seuls les nouveaux moteurs l'ont (2.5TD et 2.0i 16v), puis progressivement les autres... sauf les PRV qui n'en seront jamais équipé et ce jusqu'à l'arriver de l'ES9 en 1997 .

Elle y gagne également un tableau de bord inspiré de la Xantia, très bien fini, mais plus classique que celui de la première version. Sa calandre est également modifiée pour une version plus ouverte et aux chevrons recentrés. Son aileron arrière s'aplatit.

La XM la moins chère était près de 50 % plus chère lors de son lancement que la CX correspondante. Malgré cela, elle s'est très bien vendue les deux premières années. 

Malheureusement elle souffrait de défauts de connectique, dus à des économies sur les composants.

 Bon nombre des premières XM ont ainsi souffert de pannes electriques.
Ces problèmes ont été réglés dès le millésime 92.
 Au moment du restylage de juillet 1994, la XM est devenue une voiture très fiable. Mais sa réputation lui est restée, et ses ventes ne cessèrent de baisser.
 Elle s'est toutefois beaucoup mieux vendue en Allemagne, patrie du haut de gamme automobile, que sa sœur chez Peugeot, la 605.
Comme toutes les Citroën haut de gamme précédentes, la XM a servi de voiture présidentielle (pour François Mitterrand, qui utilisait surtout des Renault, mais a quitté l'Élysée en XM en 1995).
Un projet déjà bien avancé de restylage ( serie 3) a vu le jour mais aucune suite ne lui sera donné car la Citroën C6 lui succède.

Les niveaux de finitions:

Finitions des XM Phase I (1989 - 1994)

  • "Séduction" puis "Présence" à partir de 1992 (entrée de gamme)
  • "Harmonie" puis "Sensation" à partir de 1992 (milieu de gamme bas)
  • "Ambiance" (milieu de gamme haut)
  • "Exclusive" (haut de gamme)

Finitions des XM Phase II (1994 - 2000)

  • SX (entrée de gamme)
  • VSX (milieu de gamme)
  • Exclusive (haut de gamme)

 

Les séries spéciales:

  • XM "série Pallas" (1991)
  • XM "Wood" (1991)
  • XM " Pallas" (1993)
  • XM "Onyx" (1993)
  • XM V6-24 "Pallas" (1995) (Allemagne)
  • XM "Harmonie" (1996)
  • XM Prestige (1994)
  • XM "Multimédia" (1998)

  source wikipédia retravaillé par Lucas3.