Citroën Berlingo

À l'origine,Berlingo apparaît pour remplacer des camionnettes obsolètes, dont la conception remonte aux années 1980, voire 1970 (le C15 étant issu d'une Visa née en 1978). La version utilitaire est lancée en premier, et Citroën crée un marché en décidant, en 1996, de lancer en parallèle une version familiale, appelée «multispace», et un peu plus haut de gamme par rapport à l'utilitaire (pare-chocs peints, meilleur choix de matériaux intérieurs et de coloris de peinture, hayon monobloc, moteur 1,8 litre essence disponible, meilleur choix d'options).

Mais ce segment des "ludospaces" ne reste pas l'exclusivité de Citroën très longtemps, surtout qu'il présente des avantages pour les deux partis : les clients profitent d'un espace intérieur important pour un prix raisonnable, et le constructeur rentabilise ses installations industrielles en augmentant ses ventes du même modèle.

Renault présente rapidement un concurrent, le Renault Kangoo avec un design sympathique et une porte coulissante latérale arrière ce qu'avait "oublié" de faire Citroën. Ses ventes sont bonnes, et PSA doit répliquer. Le Berlingo doit disposer d'une porte coulissante, et ce, en modifiant au minimum les moyens de production : le profil du véhicule doit rester le même, la porte avant, initialement prévue large, doit rester en place.

Ainsi apparaît, au printemps 1999, un Berlingo avec une porte coulissante. Pour des raisons de sécurité, celle-ci est située sur le côté droit de la carrosserie.

Il adopte début 2000 un moteur 2 litres HDi de 90 ch, en complément du 1.9 diesel de 71 ch et des deux blocs essence. Les pare-chocs des versions Multispace reçoivent un demi-bandeau en plastique noir en lieu et place de la peinture intégrale, et l'intérieur devient coloré en harmonie avec la couleur extérieure.

Dans la suite logique de cette démarche, Renault équipe le Kangoo d'une deuxième porte de ce type, à gauche. Citroën alignera à nouveau son offre, avec une deuxième porte coulissante, d'abord en option, puis en série sur les multispaces.

Le Berlingo vieillit tranquillement, jusqu’à ce que le Kangoo tente de reprendre l'avantage que Citroën avait pris grâce à une tenue de route bluffante pour un utilitaire et au 2 litres HDi doux et polyvalent. Le Kangoo se repoudre le nez et adopte un diesel un peu plus "civilisé".[réf. nécessaire]

Finitions et moteurs

Le Berlingo First (appellation obtenue en 2008 suite à la sortie de la 2ème génération)a 1 moteur pour 1 niveau de finition.

  • First : C’est le seul niveau de finition du Berlingo First. Il propose à partir de 17 350 € une batterie sans entretien, des roues tôle, un volant réglable en hauteur, un ABS+REF, un coussin gonflable de sécurité (« airbag ») côté conducteur, un pare-brise feuilleté, une direction à assistance variable, des rétroviseurs extérieurs manuel, une condamnation à clé, des essuie-vitre avant intermittents, un pack plus, des portes arrières battantes vitrées, une porte latérale coulissantes droite, un rangement capucine, une tablette cache-bagages, un tapis de sol des vitres arrière chauffantes, des vitres teintées et un pré-équipements radio
  • Options : Peinturé métallisée = 350 € Projecteurs anti-brouillard = 150 € Essuie-vitre arrière = 150 € Air conditionné = 1 100 € Portes latérales coulissantes vitrées = 300 € Système audio CD RDS 6 HP = 350 €

Moteur disponible avec cette finition : 1.4i essence/GNV 75/68 ch.


Berlingo I Phase 2

Le Berlingo doit réagir une énième fois à ces attaques, ce qui se fera assez rapidement, à l'occasion du restylage de décembre 2002. Ce restylage concerne la face avant, et l'on passe d'une vague imitation de Xsara à un look vraiment personnel, imitant un SUV et son pare-buffle à l'avant. La planche de bord est aussi modifiée à cette occasion, mais l'arrière n'en a pas profité, et la couleur, omniprésente de la planche de bord aux ceintures de sécurité, disparaît à cette occasion.

Les modifications techniques sont à l'avenant : multiplexage, renforcement de la zone d'absorption des chocs à l'avant, adoption en série sur Multispace des freins antiblocage et de coussins gonflables.

Aucune modification sérieuse depuis, hormis l'apparition des moteurs 1.6 HDi (75 et 92 ch) et de la version XTR, imitant un tout-terrain (bas de caisse, pare-chocs, etc.).

Moteurs et châssis

Le Berlingo dispose, en version utilitaire, de deux blocs essence (1.1 60 ch et 1.4 75 ch), et de deux diesel, l'une atmosphérique de 1,9 litre et l'autre turbocompressée, le 2.0 HDi PSA.

Il peut aussi recevoir, dans sa version utilitaire, une motorisation électrique disponible depuis 1998 version toujours d'actualité ce qui lui permet de survivre tant bien que mal (ce modèle remplace la C15 électrique), et une motorisation au gaz, basée sur le moteur à essence de 1,4 litre.

La version particulière (5 places) commence, en essence, par le 1.4, et est complétée par le 1.6 à 16 soupapes (110 ch). Les anciennes versions ne bénéficiaient que d'un 1,8 litre 8 soupapes comme «gros» moteur, celui-ci développant 90 ch et présentant l'avantage du couple à bas régime, important quand on roule avec de la charge.

Pour le salon de l'auto 2006 de Bruxelles la gamme se compose des la 1.4i et la 1.6i 16v en essence et des 1.6 HDi, 2.0 HDi et 1.9D en diesel.

Courant 2006, le 1.6 HDi remplace à la fois le 2.0 HDi, dans sa définition de moyenne puissance (92 ch), et le 1.9 diesel atmosphérique par sa plus modeste définition (75 ch). Ce moteur de 75 ch est exclusif au Berlingo. Les diesels représentent plus de 85 % du total des ventes de Berlingo.

Le châssis est issu de la ZX, et a été amélioré en 2002 au moment du restylage pour satisfaire aux normes de sécurité. Il a ainsi glané quatre étoiles en crash-test EuroNCAP. Les suspensions avant de ZX permettent un guidage précis et une tenue de route saine, en tout cas honorable pour un utilitaire plus haut que large.

Les suspensions arrière (issus de Peugeot 405 break) sont spécialement conçues pour résister à l'écrasement en charge. L'effet «cul tassé» bien connu des propriétaires de C15 est ainsi évité au maximum. La charge maximale utile pour les versions utilitaires est de 800 kg. En fait, le Berlingo semble, par sa répartition des masses, être plus conçu pour rouler en charge, qu'à vide. Une fois chargé, l'avant est un peu moins plongeant.

Dangel fournit une transmission intégrale sur demande spéciale, alors que Citroën imite le SUV avec sa version «XTR».

Ne pas confondre le Berlingo XTR avec le Berlingo Dangel, ce dernier est un véritable 4 roues motrices à boîte de transfert, blocage de différentiel, protection du carter et garde au sol augmentée, alors que le XTR n'est qu'une simple traction.

Habitacle et carrosseries

L'habitacle des versions 5 places est spacieux, et il peut se muer en utilitaire à l'envi, offrant un grand volume de chargement pour 4,13 m de long : une fois la banquette repliée, on dispose d'un volume de l'ordre de 2,8 à 3 mètres cube, selon les sources.

Les sièges arrière ont été légèrement surélevés en 1999, à l'occasion de l'adoption de la porte latérale coulissante.

Ceci afin de faciliter l'accès à bord, mais aussi d'éviter le mal des transports chez les enfants, en leur offrant une meilleure visibilité sur la route.

Ce surélèvement grève peu la hauteur habitable à l'arrière (distance siège - toit), celle-ci reste d'environ 98 cm, là où une berline traditionnelle ne dépasse pas 80 cm.

Les versions utilitaires profitent de la même planche de bord, donc de la même finition, et de plus en plus, de la porte coulissante droite, offrant un accès aisé à l'aire de chargement. En revanche, le plus souvent, les utilitaires n'ont pas de hayon mais deux portes battantes, s'ouvrant vers les côtés et non vers le haut.

Le hayon des versions familiales offre l'avantage de pouvoir servir de “parapluie”, car il représente une importante surface de tôle, plate, et qui s'ouvre jusqu’à l'horizontale. L'inconvénient vient de ce que d'autres peuvent se garer à cinq centimètres d'une telle porte : impossible alors de l'ouvrir. Citroën a prévu des portes battantes en option gratuite.

Des versions à toit ouvrant en toile ont existé jusqu'au restylage de 2002. Ce toit, façon deux-chevaux, s'ouvrait jusqu'après les sièges arrière. L'étanchéité est le point faible de ce type de mécanisme, d'autant plus qu'il fait diminuer la rigidité du châssis.

Sur les modèles restylés, et profitant de l'importante hauteur sous plafond, Citroën propose en option sur le Multispace un aménagement dit «Modutop». Le Modutop, accroché au plafond, consiste en un hublot au-dessus de chaque siège, une bouche de ventilation par passager arrière, un range-CD et deux capucines individuelles à l'avant, deux coffres de rangement aux places arrière, et une capucine dans le coffre. Ceci est livré avec une « Modubox », chariot pliant disposant d'ancrages dans le coffre (pour transporter un faible volume de courses, par exemple).

 

Berlingo II

Le Berlingo II apparaît en mai 2008 . Il remplace le Berlingo I qui continue à être produit pour certains marchés sous le nom Berlingo First1.

Les Berlingo II sont développés entièrement par PSA sur la même plate-forme que la Citroën C4 . Ils bénéficient de moteurs plus puissants avec l'arrivée du HDi 110 ch FAP, le DV6 HDi 90 ch étant reconduit, de même que le 1.6 90 ch essence. La version particulière à 5 places profite d'un équipement enrichi (aide au démarrage en pente, volant réglable en hauteur et en profondeur, volet arrière avec lunette ouvrante, 3 sièges indépendants et déposables en rang 2, nouveau Modutop®…).

Le nouveau Berlingo a reçu 4 étoiles sur un maximum de 5 au crash EuroNCAP.

Il est produit en Espagne, au Portugal pour le marché européen (mais pas en France). En 2008, PSA a annoncé le lancement d'une version rallongée produite en Espagne.

En 2015, le Berlingo reçoit un restylage et adopte l'ecran tactile sur la console 7'.le Nouveau Citroën Berlingo propose également 5 nouvelles motorisations de dernière génération répondant aux normes Euro 6 et qui affichent des consommations en nette baisse (à partir de 4,1 l/100 km et 108 g/km de CO2 pour la motorisation BlueHDi 100 S&S ETG6).

Le Nouveau Citroën BERLINGO adopte pour la première fois une boîte manuelle à 6 rapports en motorisation BlueHDi 120 S&S pour encore plus d’agrément sur toutes distances.Il est disponible a partir de 21300€ ( tarif avril 2015).