2013 DS Wild Rubis

Nom de code: DCH13. Nom de baptême: DS Wild Rubis. Date de naissance: 20 avril 2013, à Shanghaï, Chine. Dimensions: 4,70 m pour la longueur, 1,95 m pour la largeur, et 1,59 m pour la hauteur. Genre: quatre roues motrices. Signe particulier: toit haut perché.

Cette nouvelle ­Citroën DS aurait plu à Georges-Marie Haardt, le patron de la Croisière jaune, la célèbre expédition menée par la marque aux chevrons au début des années 1930 entre Beyrouth et ­Pékin. Petit clin d'œil du destin, la DS Wild Rubis sera exclusivement fabriquée dans une méga-usine à Shenzhen, à quelques encablures de Hongkong, là où une double pneumonie a emporté Georges-Marie Haardt un méchant jour de mars 1932. Ce véhicule à l'empreinte large et au look bien affirmé semble taillé pour l'aventure. Mais comme tous les SUV (sport utility vehicle), la DS Wild Rubis évoluera sans doute plus souvent sur l'asphalte des routes et des villes que sur les mauvais chemins, où elle pourrait rayer sa belle carrosserie. Car ce cocktail de break, de monospace et de pur 4 x 4 s'est taillé une vocation familiale chic sur toute la planète, y compris en Chine.

Cette nouvelle DS à la technologie hybride tricolore, en vente dans l'empire du Milieu fin 2014, ne prendra pas le chemin des concessions de l'Europe, ou alors dans un second temps.

Sur le Vieux Continent, marché de renouvellement, les voitures ne se vendent plus qu'à coups de remises. Pas en Chine, où on est prêt à payer cher pour accéder au statut convoité d'automobiliste. Dans ces conditions, l'arbitrage entre les marchés est vite fait. Du reste, toutes les DS, à l'exception des premières DS 3 et 4 et de quelques DS 5, seront désormais fabriquées en Chine, en partenariat avec Changan, le numéro quatre du secteur automobile chinois. Environ 200 000 DS devraient aussi être produites sur les chaînes des deux alliés tous les ans. Pour commencer.

Les ambitions chinoises de DS

Après une aventure en demi-teinte dans les années 1980-1990, Citroën réinvestit donc l'empire du Milieu avec sa gamme DS, lancée en 2009. Notons au passage que celle-ci ­devient ici une véritable marque.

Nous partons quasiment d'une feuille blanche et nous avons toute liberté d'action», se réjouit Thierry Métroz, le pétillant et malicieux patron du style DS. Le dispositif déployé en Chine par Citroën ne laisse cette fois rien au hasard. Outre un partenaire solide, DS va implanter dans tout le pays 170 concessions d'ici à 2015 (26 aujourd'hui). Un imposant DS World a été ouvert à Shanghaï il y a quelques jours.

 La porte arrière de la Wild Rubis est ainsi un peu plus grande que celle de devant afin d'embarquer confortablement les aînés qui ont pris part au vote sur l'achat de la voiture. DS réserve à la Chine un nouveau modèle d'inspiration plus classique que la Wild Rubis ainsi que la N° 9, longue et somptueuse berline présentée évidemment à Pékin l'an dernier. Là aussi, il n'est pas certain que les automobilistes européens profitent de ce haut de gamme. 

SOURCE LE FIGARO